Projet Recherche médicale

 Un prix en 2010

2010: Le Prix Inserm de l'INNOVATION a été remis à Boris MATROT , qui  encadre nos étudiants en projet de 2ème année, pour une réalisation à laquelle nos étudiants ont été pleinement associés ("Le groupe NEOGAIT a fourni énormément de travail, avec une grosse implication dans le projet... J'ai été très impressionné par leur travail, qui a donné lieu à une réalisation quasi-parfaite", nous a-t-il écrit)

Les étudiants ont mené le projet NEOGAIT jusqu'à sa réalisation concrète, conduisant également à l'obtention d'une subvention de la part de l'AFM (Telethon). Il s'agissait d'observer le développement des souriceaux à travers leur déplacement, dans un caisson équipe de capteurs thermiques permettant d'observer leurs déplacement et les points de contact de leur corps avec la plaque inférieure.

Des projets antérieurs ont par exemple conduit à la réalisation d'une superstructure où sont encastrés de gros tubes  pour acueillir des souriceaux (projet Phénopups) Voir plus bas pour les photos et plus de détails!

 

Description du projet Recherche médicale

L’IUT de Cachan et l’Unité Inserm 676 à l’Hôpital Robert Debré collaborent depuis 2006 pour le développement de systèmes innovants au service des biologistes et médecins du laboratoire. L’Unité de Recherche du Dr. Pierre Gressens travaille à la compréhension des troubles du développement de l’enfant, notamment au niveau neurologique, et à la recherche de médicaments pédiatriques.

Au sein de ce laboratoire, l’ Equipe « Troubles respiratoires du nouveau-né et développement » du Docteur J. Gallego développe des systèmes d’exploration fonctionnelle non-invasive du rongeur nouveau-né : il s’agit de mesurer finement le fonctionnement du corps et du cerveau d’un souriceau nouveau-né sans instrumentation pour comprendre l’effet de mutations génétiques ou pour tester des médicaments pédiatriques.

(Photos © Patrice Latron / LookatSciences)

Tous les ans, une dizaine d’étudiants de 2ème année de l’IUT travaille de septembre à avril sur la conception mécanique de systèmes pour les biologistes du laboratoire. Tous les systèmes développés sont non-invasifs, c’est-à-dire que les animaux sont libres de leurs mouvements et ne sont pas instrumentés.

Au cours des précédentes années, les sujets traités étaient par exemple :

-         Conception d’un micro-pompe sinusoïdale haute fréquence : les étudiants ont conçu et fabriqué une pompe capable d’injecter à haute-fréquence (jusqu’à 15 Hz) un micro-volume d’air (1 à 20 microlitres) pour calibrer un appareil de mesure de la respiration des animaux nouveau-nés. . Le prototype a été fabriqué à partir de pièces en tournage et en prototypage rapide. L’année suivante, le prototype a été industrialisé par un étudiant de l’IUT de Cachan en stage de fin de 2ème année. Une série de 10 pompes a été fabriquée et est utilisée quotidiennement dans le laboratoire.

-         Conception d’un ventilateur mécanique pour souriceau nouveau-né : sur le principe du « poumon d’acier », les étudiants ont fabriqué un système adapté à la taille de l’animal nouveau-né et permettant de forcer sa respiration, comme on le fait chez l’enfant en cas de problème respiratoire à la naissance. Les souriceaux en détresse respiratoire à la naissance peuvent ainsi être réanimés pour recevoir des traitements expérimentaux. Le prototype est un assemblage de pièces fraisées en delrin et PMMA, et en prototypage rapide. Le système a été conçu en collaboration avec un médecin de l’équipe, qui s’occupe a présent de sa validation.

(Photos © Patrice Latron / LookatSciences)

Les projets en cours sont :

-         Rénovation et adaptation d’un système de mesure physiologique. 11 étudiants en 2ème année sont chargés de rénover, adapter et compléter un prototype unique au monde qui permet de mesure les paramètres physiologiques de 5 rongeurs nouveau-né (respiration, ECG, température, mouvements, etc…) simultanément.

-         Conception d’un système de conditionnement opérant. 4 étudiants imaginent et conçoivent un système d’évaluation des capacités d’apprentissage de souriceaux à 6 jours de vie. Le système permettra par exemple de tester l’efficacité de médicaments neuroprotecteurs.

 

(Photos © Patrice Latron / LookatSciences)